Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 21:46

Cérémonie, hier, à la mémoire du couple de fonctionnaires -elle fonctionnaire du ministère de l'intérieur, lui commandant de police (1)- tué par un franchisé de l'organisation État islamique, dans la cour d'honneur de la préfecture des Yvelines. Cela devait être un moment de recueillement et de solidarité bien sûr avec les victimes du terrorisme et particulièrement pour celles de ces professions qui, par les contraintes de leur métier, se trouvent en première ligne.

Lorsque le président de la République remonte la ligne des fonctionnaires de police, l’un d’entre eux refuse de lui serrer la main. François Hollande -dont le discours n'avait pourtant pas été consensuel- fait ce que n'importe responsable de l'État fait en de telles circonstances, il passe au policier suivant, ne fait pas de remarque, n'aggrave pas l'incident. Le Premier ministre (celui-là même qui avant de passer à la radio ne peut s'empêcher pour évacuer son stress d'hurler et de taper du poing) qui se trouve un peu plus loin a vu la scène. Que fait-il? Il se cale devant le policier réclacitrant et l'admoneste.

Cet homme, incapable en tant que ministre de l'Intérieur, puis ensuite comme Premier ministre, d'assurer ses fonctions, est devenu un danger public. Il est n’est plus en capacité de se contrôler. Il suinte la haine de partout, il a l’air dépassé par les évènements. Il se prend pour Clémenceau, l'ancien homme de gauche devenu briseur de grèves lorsqu'il fut ministre de l'intérieur. Mais la différence, entre le Tigre et le Premier ministre actuel, est que le premier, comme beaucoup de responsables politiques de l'époque, avait un métier (il était médecin). Quel métier Valls a-t-il exercé un jour, à part de passer directement des cabinets ministériels au statut d'élu?

Cet homme se met en colère à tout moment, est hautain et méprisant. C'est sans doute aussi pourquoi le président de la République cherche à remettre sur les épaules de Myriam El Khomry la responsabilité du projet de loi, tant la gestion haineuse de cette séquence par Manuel Valls est source de blocages et de danger.

Valls a échoué en tout. Il faut qu'il en tire les conséquences ou que le président de la République les tire pour lui. Mais il faut se dépêcher, plus on attend plus Manuel Valls cassera le pays.

(1) Je donne cette précision parce que comme l'a dit une responsable CFE-CGC des fonctionnaires du ministère de l'intérieur, les non-policiers ne peuvent porter d'armes et ne sont donc pas concernés par la mesure d'autoprotection des policiers qui peuvent porter avec eux, en tout temps, leur arme de service.

Partager cet article

Repost 0
Published by jacques dimet
commenter cet article

commentaires