Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 00:00

Il y a quelque chose de détestable dans l’article que Sacha Reingewirtz, président de l’UEJF, a commis sur le site de The Times of Israël, en français (link).

Déjà la réaffirmation de l’identité sioniste de l’UEJF. Il faut, alors, que les dirigeants de cette organisation aille jusqu’au bout de leur démarche et s’appellent désormais Union des étudiants sionistes juifs de France. Ce serait plus clair pour tout le monde. En sous entendant que l’ensemble des étudiants juifs serait sioniste, Sacha Reingewirtz alimente la confusion entre sionisme et judaïsme. On peut même dire qu’il écarte, pour des raisons idéologiques, du judaïsme ceux qui n’adhèrent pas au sionisme politique.

C’est la caricature d’une pensée totalitaire : les sionistes sont juifs (1), les juifs sont donc sionistes ; et ceux qui ne le seraient pas ne seraient donc plus juifs. Dans un texte rempli d’anathèmes le président de l’UEJF commence par attaquer le NPA qui avait organisé un rassemblement « contre la barbarie israélienne et la complicité du gouvernement français » à Paris I. Rassemblement dont lui même et son organisation avaient demandé l’interdiction. Pour le partisan de la guerre déclenchée à Gaza contre le peuple palestinien, ce rassemblement était « indigne ». Sacha Reingewirtz a le droit de soutenir la politique coloniale de l’Etat d’Israël, il a le droit de ne pas aimer la résistance palestinienne et le peuple dont elle est issue, mais il doit aussi reconnaître le droit à ceux qui condamnent la politique de l’Etat d’Israël et qui soutiennent le peuple palestinien de le faire librement.

Cela est visiblement au dessus des forces du tenant du totalitarisme. Parce que le pire est dans l’amalgame. Le président de l’UEJF part du NPA et d’Olivier Besancenot (qu’il cite nommément) pour arriver à Soral. Les militants anti-impérialistes mis dans le même sac que les antisémites d'extrême-droite. On appréciera la délicatesse du procédé. Mais, en fait, on le découvre à la fin de son texte : Sacha Reingewirtz qui a été mis en cause par un site israélien francophone d’extrême-droite pour ne pas soutenir assez Israël en ayant soi-disant refusé de rencontrer un ministre fasciste israélien, veut désormais donner des gages. Plus sioniste que lui, tu meurs! Et il dément d’ailleurs avoir refusé de rencontrer ce ministre de sinistre réputation.

Alors répétons-le sans cesse : tous les juifs ne sont pas sionistes. Et il y a même des sionistes qui s’opposent à la politique de guerre du gouvernement d’Israël (2).

Ramener le judaïsme au seul sionisme, c’est parler comme les antisémites.

Rappelons aussi à Sacha Reingewirtz que la première UEJF a été créée à la libération, à Toulouse, par un groupe d’étudiants communistes, à la demande des dirigeants politiques communistes de la MOI. Ce qu’est devenue ensuite l’UEJF est une autre histoire.

(1) Et on sait bien qu'il y a notamment chez certains évangélistes américains des chrétiens sionistes, et une idéologie sioniste, indépendante du judaïsme.

(2) Le sionisme est une idéologie traversée par des courants politiques divers. Aujourd'hui que l'Etat d'Israël existe, pour les Israéliens la question sioniste est dépassée. C'est un gouvernement colonialiste et d'extrême-droite qui dirige Israël. Le sionisme, dans la diaspora, devient le soutien unilatéral à la politique des dirgeants israéliens.

Partager cet article

Repost 0
Published by jacques dimet - dans Politique
commenter cet article

commentaires