Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 23:15

Les mauvais coups se font toujours pendant des périodes de congés, quand le pouvoir pense que les gens sont moins disponibles. Parmi les mauvaises nouvelles, le décret (merci M. Ayrault !) autorisant le travail du dimanche pour les magasins de bricolage pendant quinze mois… avant de statuer après. Manière de faire passer la pilule, parce que dans quinze mois les mêmes, pour s’opposer à l’interdiction du travail dominical, plaideront « habitudes », « entré dans les mœurs », alors que la vraie question est celle des salaires et des conditions de travail. Poser la question du travail, son contenu, sa finalité, dans la société, c’est poser la question de la transformation sociale. Pour le moment le gouvernement et le Medef ne veulent qu’une chose : imposer plus de servitudes aux salariés et exonérer le patronat.

Deuxième disposition prise dans l’urgence : l’abrogation de certaines mesures administratives pour permettre l’agrandissement des porcheries en Bretagne. Contrecoup de l’alliance Medef-Fnsea dans les départements bretons ?

Troisième mauvais coup : la décision du Parquet général de Lyon de donner instruction au Procureur de Roanne d’interjeter appel contre la relaxe des « Cinq de Roanne », cinq militants CGT qui, avec raison, avaient refusé un prélèvement ADN (1). Le Parquet général a-t-il pris cette décision seul, ou a-t-il répondu aux sollicitations de la Chancellerie ? C’est, en tout cas, une décision politique qui nécessite une réaction encore plus large que celle qui vit le 5 novembre dernier 20 000 manifestants à Roanne. Cela repose aussi la question de l’amnistie pour tous les militants syndicaux et du mouvement social condamnés ces dernières années.

 

(1) Lire la réaction de Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT link

Partager cet article

Repost 0
Published by jacques dimet - dans Politique
commenter cet article

commentaires