Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 13:00

Bernard Tapie a encore fait des siennes, quittant le plateau d’Europe 1 non sans avoir « tapoté » la tête de son intervieweur, parce que les questions ne lui plaisaient plus. Qu’un invité quitte un plateau ou une émission, cela peut se faire. Les journalistes ne sont pas à la botte, certes, mais les interviewés ne sont pas non plus au garde à vous devant les exigences de ces derniers. Mais là n’est pas le problème.

Tapie n’aime pas, tout simplement, qu’on lui cause du fameux arbitrage qui lui a permis d’encaisser 400 millions d’euros, affaire pour laquelle il est mis en examen avec quelques pointures. Mais on dirait aussi que certains médias usent –et abusent- du Tapie pour le plaisir. Les mêmes qui interviewent complaisamment les Le Pen s’étonnent ensuite qu’on ne parle que d’eux et de Tapie. Ce dernier va-t-il être une vedette médiatique pendant les vingt ans qui viennent ?

Il y a en a plus qu’assez de cette politique-spectacle-coup de gueule qui ne débouche sur rien. Il y en a plus qu’assez de ceux qui s’en mettent plein les fouilles et croient être les porte- paroles du peuple. Si Europe 1 ne veut pas que Tapie quitte le studio en claquant la porte, il ne faut pas l’inviter. C’est plus simple et plus direct. Et cela nous fera du bien à tous.

 

Remarque toujours à propos des médias. On a tous noté le peu de cas fait au Front de gauche, et singulièrement au PCF, dans les médias durant cette campagne européenne. On notera que les journalistes de L’Humanité ne sont jamais invités  à commenter l’actualité. Par ailleurs, jamais un journaliste de la presse syndicale ou mutualiste (qui a pourtant, pour certains titres, des tirages supérieurs à tous les news magazines français) n’est non plus invité, y compris sur les questions sociales et économiques.

Le combat de classe, il existe aussi dans les médias.

 

Un dernier pour la route. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, renvoie dos-à-dos Marine Le Pen et la jeune Leonarda (15 ans aux prunes). « Leonarda et Marine le Pen ont intérêt à agir ensemble, c'est la même outrance, c'est la même manipulation, c'est le même art consommé du mensonge », a déclaré notre sagace ministre, selon l’AFP. S’en prendre ainsi à une lycéenne de 15 ans, qui n’en peut mais de sa situation, est non seulement imbécile mais aussi dangereux. Au lieu de combattre le racisme, de favoriser la libre circulation des idées et des êtres humains en Europe (et pas seulement celle des capitaux), Bernard Cazeneuve montre qu’il est en fait plus proche de Marine Le Pen qui veut fermer les frontières et développe une rhétorique xénophobe, que des valeurs humanistes que l’on pourrait attendre de quelqu’un qui se réclame (encore !) de la gauche.

Partager cet article

Repost 0
Published by jacques dimet - dans Politique
commenter cet article

commentaires