Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 22:10
"Les bras m'en tombent", comme dirait une mienne amie. Voilà que Georges Frêche s'en prend à Laurent Fabius de basse manière, venant après sa sortie sur les harkis, des sous-hommes selon lui, et contre l'équipe de France, trop noire. Tous les ténors du PS donnent de la voix. Mais ce sont les mêmes, il faut le rappeler, le dire et le redire, qui, ces dernières années, ont toujours soutenu le Frêche en question, allant lui donner, de nouveau, l'investiture aux régionales.
Là, cela devenait difficile de continuer. Mais que proposent les dirigeants de la rue de Solférino? Toute honte bue, une liste socialiste à laquelle se rallierait les autres formations de gauche. Excusez du peu! Les autres formations de gauche (PCF, NPA, PG et les Verts), se sont depuis longtemps prononcées contre la candidature de Frêche. Le PS, rallié de dernière minute à ces sentiments, ferait bien d'y penser et devrait avoir l'honnêteté de reconnaître ses errements et non pas de reprendre d'un coup d'un seul la main.
Pour Harlem Désir il s'agit, selon des propos rapportés par l'AFP, de remporter "une victoire morale et une victoire électorale". La victoire morale, elle est déjà perdue, Harlem Désir: il fallait combattre Frêche plus tôt et ne pas le laisser intact après ses propos contre les harkis et les joueurs de l'équipe de France. François Hollande, lui, continue a qualifier Frêche de "grand administrateur" tout en critiquant sa "transgression". François Hollande devrait se souvenir qu'il y eut des dirigeants de pays fascistes qui ont construit des autoroutes et administré leur pays tout en maintenant plein les cachots des prisons et en exécutant leurs opposants. On n'est pas un "grand administrateur" lorsqu'on distille le racisme, la xénophobie et la démagogie.
Il est temps que la gauche passe à autre chose. Il ne faut pas seulement tourner la page Frêche en Languedoc-Roussillon, il faut que le PS local passe par la main et reconnaisse que l'autre gauche, en particulier celle rassemblée derrière la liste Front de gauche élargie, avait raison et est mieux à même de redonner ses couleurs, mais aussi ses valeurs à la gauche.
On retiendra aussi de cette histoire les propos mielleux du transfuge du PS, Eric Besson qui, sans doute pour faire oublier son ministère amer de l'identité nationale, se félicite que le PS lâche Frêche. On serait tenté de lui dire: "il y a du travail et des leçons à donner aussi du côté de l'UMP", mais il est vrai qu'il s'agit là d'un travail de Titan.

Partager cet article

Repost 0
Published by jacques dimet
commenter cet article

commentaires