Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 00:35

A propos des élections à Hambourg et en complément du papier précédent.

C'est à 23 h 45 dimanche soir que dans une nouvelle dépêche l'Afp ajoute cette phrase : "Le parti de gauche Die Linke obtient 6,4% des voix." Phrase ajoutée donc quelques heures après notre "papier" ( Pour l'Afp aux élections d'Hambourg, Die Linke n'existe pas ). Nous n'aurons pas la prétention de croire que nous y sommes pour quelque chose, mais, enfin, c'est un premier pas dans la reconnaissance de la réalité politique allemande. Nous avons maintenant les vrais chiffres: ils donnent Die Linke à 6,4% soit le même score qu'en 2008 (1). Cela ne change évidemment rien au fait que lors des sondages "sortie des urnes" le site de la télé allemande ARD donnait bien les estimations de tous les partis et que l'Afp s'est contenté d'en oublier un seul.

 (1) CDU : 21,9% (- 20,6), 28 sièges (56 en 2008); SPD : 48,3% (+14,2), 62 sièges (45); Verts : 11,2 (+1,6), 14 sièges (12); Die Linke : 6,4% (=), 8 sièges (8); FDP : 6,6% (+1,9), 9 sièges (+9)

Repost 0
Published by jacques dimet - dans International
commenter cet article
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 19:58

De nouveaux, des élections régionales en Allemagne (cette fois à Hambourg). De nouveau, des dépêches de l’Afp et encore un oubli. Toujours le même. Aujourd’hui (20 février), à 12 h 45, l’Agence publie une dépêche (un « papier général ») à propos des élections pour le Sénat de la ville-Etat de Hambourg qui doivent avoir lieu le jour même. On prévoit une déroute de la CDU, le parti d’Angela Merkel. On passe en revue l’ensemble des partis qui concourent. On annonce même que les sondages donneraient quelque 14% aux Verts. On y cause naturellement du SPD, des libéraux. Passés à la trappe, les pronostics pour Die Linke, le parti de gauche à gauche du SPD, qui avait pourtant des élus au parlement sortant.

Dans une autre dépêche, de 18 h 11, l’Afp rend compte des premiers sondages « sortie des urnes » (des télés ARD et ZDF)  : la CDU serait autour de 20%, le SPD aurait la majorité des sièges, les Verts « qui ont le vent en poupe au niveau national » obtiendraient 11,5% des voix, les libéraux 6,5 %. Tiens, tiens, c’est tout. Il manque… Die Linke, pourtant crédité par la chaîne ARD de 7% des suffrages, en progression de quelque 0,5%. Il y aurait des remarques intéressantes à faire :

1-  C’est la confirmation de l’implantation à l’Ouest de Die Linke.

2-  C’est la preuve que l’ensemble des partis de gauche (Die Linke, SPD et Verts) peuvent progresser sans que la progression de l’un ne se fasse au détriment des autres.

3-  La gauche est largement majoritaire à Hambourg (environ 67% selon les sondages). Le SPD appliquera-t-il une politique de gauche ?

Mais pour faire ces remarques, il aurait fallu donner le score probable de Die Linke.

On pourrait croire, puisque ce n’est pas la première fois, qu’il y a complot ou consigne. Ne pas donner d’idées à ceux qui en France pourraient être tentés par une alternative autre que celle, sempiternelle, du PS. Mais en fait, ce doit être beaucoup plus simple. On ne parle pas de Die Linke, parce qu’on n’y pense pas. On se contente des partis traditionnels, ceux dont on pense qu’ils ont le vent en poupe et ceux que l’on juge apte à gouverner…

 

Repost 0
Published by jacques dimet - dans International
commenter cet article
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 11:32

Finalement, Mme Alliot-Marie est plus ferme qu'on ne le pensait. Elle vient d'annoncer qu'en tant que ministre des Affaires étrangères elle ne participerait à aucune manifestation de l'année du Mexique en France. La cause? Le rejet par la justice mexicaine du recours de Florence Cassez, la Française incarcérée et condamnée à 60 ans de prison pour enlèvement et qui a toujours clamé son innocence. Je ne sais pas plus que le commun des mortels si la détenue est coupable ou non. Des spécialistes et des juristes mettent en doute l'impartialité du jugement et le comportement de la police mexicaine. Dans un pays où la guerre entre et avec les narco trafiquants fait des milliers de morts tout est effectivement possible.

Mme Alliot-Marie met ainsi le Mexique au ban des nations mais les dizaines d'années de dictature dans les "pays amis" Egypte et Tunisie en tête ne l'ont jamais choquée. Les centaines de morts depuis que Moubarak s'accroche comme un désespéré au pouvoir ne lui ont pas arraché un mot d'une quelconque volonté d'acte public pour condamner le raïs.

Mais il est vrai que le Mexique, c'est peut être loin pour y passer des vacances.

 

Dans le même ordre d'idée le président de la République reçoit les parents de Florence Cassez. C'est une bonne chose. A ma connaissance il n'a jamais reçu la famille de Salah Hamouri, franco-palestinien, condamné illégalement par la justice israélienne.

Repost 0
Published by jacques dimet - dans International
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 23:10

Le pire, avec Mme Alliot-Marie c'est que, comme Eric Woerth (vous savez les chevaux de Madame, le champ de course de Compiègne, Le Premier Cercle...), elle ne comprend pas ce qu'on lui reproche. C'est son monde, elle vit avec. Or, donc, la ministre et son ministre conjoint s'en furent en Tunisie dans l'avion d'un nabab. On apprend maintenant que François Fillon partit en famille passer les fêtes en Egypte à l'invitation du président Moubarak. C'est peut être légal, de bonne pratique diplomatique, mais ce n'est pas éthique. D'abord, parce qu'en terme diplomatique on peut refuser une invitation. C'est un signe. On n'est pas obligé de faire des courbettes à Moubarak parcequ'il serait un allié indéfectible de l'occident alors que tout le monde savait que le régime était un régime policier, autoritaire et que les prisons regorgeaient de prisonniers politiques. (Et ajoutons que le Premier ministre et peut être futur candidat à la mairie de Paris, n'était en rien obligé de passer ses vacances en Egypte...)

Ll'équipée de François et Pénélope se termine avec un premier ministre l'air piteux sur les bancs de l'Assemblée nationale n'osant regarder de face sa ministre des affaires étrangères se dépatouiller seule. Bref, l'esprit Neuilly/Auteuil/Passy flotte sur l'Assemblée.

Robert Badinter, qui sait ce qu'il dit, a ainsi affirmé à propos des voyages de complaisances : "si vous repreniez la liste complète de tous ceux qui ont été reçus par le roi du Maroc - pas l'actuel mais son prédécesseur- pour combien de temps, et dans quelles conditions, vous verriez passer toute la galaxie, ou à peu près, de la vie politique française." On se souvient bien un peu des ministres en tous genres, conseillers de ceci et de cela, qui passèrent leurs jours et leurs nuits à la Mamounia et que le feu roi Hassan tenait, on ne dira pas par quoi par respect de l'internaute...

On pourrait a contrario dresser la liste des militants politiques, communistes ou d'extrême-gauche, de syndicalistes quin traversèrent la Méditerranée, sous Hassan II, pour appoprter leur solidarité au peuple marocain et faire connaitre les emmurés vivants de Tazmamart. A chacun les siens.

 

Repost 0
Published by jacques dimet - dans International
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 22:35

Des manifestants à Toulouse, ce 9 février, pour dénoncer une subvention du conseil régional à une mission économique franco-israélienne. On comprend le souci des manifestants de protester contre la politique illégale et condamnée par l’ONU du gouvernement israélien, notamment dans les colonies. L’Afp qui rend compte (dépêche de 18 h 45) qualifie ainsi les manifestants « militants pro-Palestiniens, syndicalistes ou extrémistes de gauche ». Tiens, tiens. D’habitude on parle de militants d’extrême-gauche. Là, on devient « extrémistes ». Curieuse conception de l’information ou faute de français ?

Repost 0
Published by jacques dimet
commenter cet article
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 00:00

Nous (la France) voilà dans de beaux draps. Il se trouve qu'en fin d'année 2010 deux ministres en goguette, Alliot-Marie (Affaires étrangères) et Ollier (relations avec le Parlement) (1) se sont fait repérer dans le jet privé de Aziz Miled, homme d'affaires, les amenant de Tunis vers leur lieu de résidence, l'hôtel du millionnaire tunisien sus mentionné, à Tabarka. Depuis déjà deux semaines les Tunisiens étaient massivement descendus dans la rue et on comptait déjà de nombreux morts, tués par la police de Ben Ali. Un Ben Ali, consacré par Sarkozy comme rempart contre l'intégrisme, parti depuis se réfugier en Arabie Saoudite, paradis terrestre de l'intégrisme (2).

Mais revenons à la ministre des affaires étrangères et à son preux chevalier. Pour Michèle Alliot-Marie, il n'y a pas de problème. Elle est allé passé ses vacances, a-t-elle affirmé, en Tunisie comme des millions de Français. On objectera qu'il n'y a pas de millions de Français à voyager dans le jet privé d'un milliardaire, ni non plus de millions de ministre des affaires étrangères ET des relations avec le parlement. Mme Alliot-Marie, comme il y a peu M. Eric Woerth, semble s'asseoir sur la fonction de ministre qui implique naturellement des droits mais surtout des devoirs et une éthique. L'éthique d'Alliot-Marie est bien en toc. Le pire dans cette drôle d'affaire est que la ministre ne semble se rendre compte de rien. Une autre fois, dit-elle, je ne le ferais plus, au vu de la "polémique" et de "l'émotion suscitée". On est dans le même registre que le pauvre Alain Juppé, ci-devant ministre de la Défense, qui expliquait que l'on n'avait pas pris la mesure de l'exaspération des Tunisiens... (lire  Ben Ali et la France, le chagrin et la pitié) Pour en revenir à Michèle Alliot-Marie : que M. Aziz Miled ait été proche ou pas de Ben Ali, complice ou "victime", selon le beau mot de M. Ollier, n'a guère d'importance. Le plus choquant est que nos minisres ne soient pas, eux, choqués qu'étant en exercice ils puissent profiter de largesse d'un homme d'affaires sur un territoire étranger à la France.

Il est des pays où nos  ministres auraient perdu leur maroquin en quelques minutes.

     (1) Le seul couple officiellement contitué qui siège au Conseil des ministres.

     (2) On aurait aimé d'ailleurs qu'au fil des ans la presse française se penche sur la répression dans ce pays, l'application la plus rétrograde de la charia, l'interdiction des partis politiques.

Repost 0
Published by jacques dimet - dans International
commenter cet article
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 00:06

Petit tour sur le site de l'Internationale socialiste (avec la liste des partis adhérents), à minuit. Miracle des révolutions! Le PND de Hosni Moubarak a disparu, effacé. Il a fallu 29 ans de moubarakisme (excusez le néologisme) pour que l'Internationale socialiste commence à comprendre que les idéaux de Moubarak n'étaient pas très progressistes ni très démocratiques. Ce ne sont pas les milliers de morts de trois décennies de répression qui ont fait réfléchir l'IS mais les millions d'Egyptiens dans la rue. Comme quoi, le rapport de forces c'est toujours utile.

Repost 0
Published by jacques dimet - dans International
commenter cet article
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 22:11

Les ouvrier(e)s de Molex, Cellatex, Continental pour ne citer que ces trois entreprises doivent se mordre les doigts aujourd'hui. Au lieu d'être ouvriers, ils auraient du être CRS.

Brice Hortefeux, qui ne comprend que la force, a renoncé à dissoudre deux compagnies de CRS après le mouvement de protestation engagé par les policiers. Le ministre, repris de justesse après le dernier remaniement ministériel, a ainsi lundi soir décidé de ne dissoudre aucune compagnie "mais de redéployer 280 postes de CRS vers des missions de sécurité publique (...)".

Morale de cette histoire: quand une profession est très syndiquée, ça paye (le taux de syndicalisation avoisine les 75% dans la police). Deuxième morale: quand on est armé et qu'on doit assurer la sécurité publique, ça paye encore plus.

Repost 0
Published by jacques dimet
commenter cet article
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 20:00

Monsieur Prasquier, président du Crif, après s’être quasiment vanté d’avoir fait interdire un débat avec Stéphane Hessel et Elisabeth Guigou à l’ENS de la rue d’Ulm (voir  Prasquier, le Crif et Hessel ), insulte le peuple égyptien. Dans une déclaration surprenante (1) le président du Crif qui est, rappelons-le le Conseil représentatif des institutions juives de France (et non une association de soutien au gouvernement israélien) prend prétexte de l’appel des Frères musulmans à participer aux manifestations en Egypte pour dire que ces derniers représentent un « danger pour la civilisation ». (Laquelle ? Ça on n’en sait rien). « Je n'aimerais pas que l'Egypte tombe entre les mains des Frères Musulmans. Ce serait une catastrophe pour la paix et pour l'Egypte elle-même », a-t-il dit (2). La paix ? Il ne semble pas qu’elle règne en maîtresse au Proche-Orient. À moins que pour M. Prasquier les massacres de Gaza soient passés par pertes et profits. À ma connaissance, on n’a jamais entendu M. Prasquier ou le Crif condamner, ne fusse que du bout des lèvres, les répressions en Egypte, la torture, la prison, l’interdiction des partis politiques (et pas seulement de la confrérie).

Comme Sarkozy pour la Tunisie, M. Prasquier nous refait le coup du danger islamiste pour laisser en place des régimes autoritaires et autocratiques. Le danger pour l’Egypte et pour la région c’est bien le régime de Moubarak qui en réprimant l’opposition, qu’elle soit religieuse ou laïque et progressiste, fait sauter la cocotte-minute. C’est bien Moubarak qui a enterré le nassérisme et tenté d’éradiquer la gauche arabe sans que M. Prasquier et les soutiens du gouvernement israélien ne protestent.

Si Moubarak tombe, et avec lui le système du PND (3), il faudra s’en réjouir. Parce que nous aurions alors un gouvernement en phase avec son peuple et qui pourra s’engager, lui, parce que soutenu par ce peuple, dans un véritable processus de paix, c’est-à-dire aider à la création d’un Etat palestinien souverain.

(1)   Et très surprenant aussi est le titre de la dépêche Afp qui rend compte de cette déclaration : Les Frères Musulmans, "un danger pour la civilisation" (juifs de France). La parenthèse, en langage Afp, donne la source de l’information. Le Crif devient « juifs de France », comme si Richard Prasquier parlait au nom de tous les juifs…

(2)   Cité par l’Afp le 28 janvier 2011

(3)   Malheureusement, toujours membre de l’Internationale socialiste

Repost 0
Published by jacques dimet - dans International
commenter cet article
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 22:52

Prenons une dépêche de l’AFP. Le 26 janvier 2011 (aujourd’hui, donc) 13 h 16. Titre alléchant : « Finlande : l’extrême-droite talonne les grands partis à 3 mois des élections. » Il est vrai que l’information est inquiétante. Il ressort de cette dépêche, qui fait état d’un sondage (1) publié par le quotidien finlandais Helsingin Sanomat, que le parti Les Vrais Finlandais (en vrai, tout un programme !) recueillerait, si les élections législatives avaient lieu maintenant, 16,2% des suffrages (2), talonnant effectivement le parti du Centre (qui, comme son nom l’indique est à droite) et le parti social démocrate (qui, comme son nom l’indique…) qui feraient respectivement 18,3% et 18,2%.  Un autre parti de droite : le Rassemblement national obtiendrait 21%. As usual, comme disent nos amis britanniques, l’information oublie de donner les scores potentiels de deux autres formations politiques, pourtant dûment citées dans le sondage du HS, la Ligue Verte et l’Alliance de gauche (qui regroupe notamment des communistes, des féministes et des socialistes de gauche). La première ferait 8,8%, la seconde 8,1% (contre un peu plus de 5% aux élections européennes de 2009). Un peu de trop pour le signaler ?

(1)    TNS-Gallup

(2)    Pour le Helsingin Sanomat, le parti des Vrais Finlandais est « un parti populiste de centre-droit »

 

Repost 0
Published by jacques dimet - dans International
commenter cet article